infirmière dans un hôpital gérant la donnée médicale
Non classifié(e)

Donnée médicale : un autre traitement pour un hôpital plus efficace

L’hôpital croule sous la donnée. Que l’on parle d’informations tirées de consultations ponctuelles ou bien d’hospitalisations prolongées, les soignants s’affairent bien souvent à gérer cette donnée plutôt qu’à réellement prodiguer des soins à leurs patients. Mais ces données ne sont pas toutes les mêmes. Et il existe certaines façons de les collecter, les traiter et les réutiliser beaucoup plus efficaces que d’autres.

Un patient génère 5 courriers en moyenne par jour par hôpital

Arrêt sur image, un nombre impressionnant de patients défilant au sein d’un hôpital à l’année. 5 courriers, c’est le chiffre tiré d’un des hôpitaux ayant intégré Galeon comme DPI. Toujours pour ce même groupe hospitalier, nous dénombrons plus de 57 000 consultations sur les 3,5 dernières années.
Si l’on ramène cela à 365 jours, c’est grosso modo plus de 80 000 documents envoyés aux patients. 285 000 sur plus de 3 ans. Et puisqu’une grande majorité d’hôpitaux travaillent encore sur papier… Les chiffres sont tout simplement renversants.

Ces documents prennent différentes formes, selon les pays. Si nous prenons l’exemple de la France, par exemple, une synthèse médicale de séjour est systématiquement envoyée pour une hospitalisation de plus de 24h. D’autres courriers comme les comptes-rendus de consultation sont envoyés au médecin traitant du patient et/ou à d’autres spécialistes puis au DMP (Dossier Médical Partagé).

Il existe aussi les prescriptions, normées par la HAS (Haute Autorité de Santé en France), et possèdent une haute valeur médico-légale. Leur usage est externe à l’hôpital.
D’autres documents sont très importants, comme celui de la déclaration de naissance. Elle permet de déclarer la citoyenneté d’un individu et de demander ses papiers d’identité.

Le quotidien des soignants est fastidieux. Car s’ils doivent générer bon nombre de documents, ils doivent aussi utiliser plusieurs logiciels dans un même service pour travailler. Dans certains cas, ils doivent procéder jusqu’à 7 signatures au total juste pour prescrire un seul médicament pour leur patient. À raison d’une vingtaine de patients par jour (voire plus), le calcul est vite fait. Ils n’ont tout simplement pas le temps et finissent par ne plus prescrire ce traitement, si le cas du patient n’est pas critique.

Le stockage de la donnée médicale au format papier pose problème

Au vertige de ces chiffres n’est évidemment pas comptabilisé le coût de stockage ainsi que le transport des dossiers patient papier lorsque le lieu d’archivage est à quelques Km de l’hôpital (parfois 20 Km !).

Ces dossiers papier peuvent atteindre une cinquantaine de pages. Et pour récupérer un dossier ? Deux cas possibles ici :

  • soit le soignant a de la chance et il obtient le dossier en 4 ou 5 jours car ce dernier se trouve dans l’hôpital.
  • Soit il le reçoit sous plus d’une semaine, car il faut aller le chercher au centre d’archives… En incluant des frais élevés de coursier et une empreinte écologique en bonus…

La gestion du papier relève alors du défi pour les centres hospitaliers. Il est consommé de manière excessive, bien sûr, mais il pose aussi des problèmes de confidentialité pour la donnée de santé. Les dossiers papier peuvent être facilement volés, perdus ou même détruits involontairement dans certains cas (ex de cas d’inondation du centre d’archives).

Galeon révolutionne le quotidien de l’hôpital en hyper-structurant les données médicales

Réduire le nombre de courriers par patient (ou le nombre de patients tout courts) dans l’hôpital paraît difficile, voire impossible. En revanche, un temps considérable peut être gagné sur le planning quotidien d’un soignant. Tout cela en réduisant les frais de gestion du papier pour l’hôpital et autogénérant systématiquement tous ces documents sur la base de la donnée patient rentrée dans chaque dossier.
Alors comment s’y prend-on ?

Rappelons déjà qu’un DPI stocke la donnée, oui et peut le faire de manière intelligente en l’hyper-structurant, grâce à l’intelligence artificielle. Et surtout de manière simple. C’est ce que fait Galeon. Les professionnels de santé rentrent les diverses informations du patient dans le logiciel, en suivant des protocoles déjà préremplis au sein du logiciel.
Un avantage majeur qui leur évite de réécrire les mêmes éléments plusieurs fois à plusieurs endroits, et donc les erreurs ou les oublis. Un gagne temps certain !

Galeon structure la donnée médicale pour autogénérer les courriers de l’hôpital

Galeon ne s’arrête pas aux protocoles tout embarqués au sein du logiciel. Grâce à son module de paramétrage boosté à l’IA, le nom, prénom du patient… et autres informations importantes remontent automatiquement dans les courriers, prescriptions, etc, grâce à un système d’étiquettes. Ce flux de données est optimisé à travers la structuration de cette donnée.

Les documents sont autogénérés par le logiciel. Ils sont aussi personnalisables selon les besoins de chaque hôpital et sont aussi envoyés au DMP. Pour des résultats biologiques par exemple, les soignants peuvent gagner 2 minutes en moyenne par patient. Soit un total de 80 jours sur 3 ans (pour l’hôpital du début de l’article). Ce module de paramétrage ne nécessite pas de formation lourde ou particulière, car il n’est pas complexe à utiliser.
Un vrai plus pour tout le monde.

Galeon sera présent à Santexpo, au stand l59 et sera ravie d’accueillir sur son stand les dirigeants et DSI d’hôpitaux pour leur présenter son Dossier Patient Informatisé.

Read More
a hacker doing a cyberattack in a hospital
Non classifié(e)

Cyberattaques dans les hôpitaux : ce qui arrive à vos données

Vous triez vos emails tranquillement chez vous. Et puis une ligne attire votre œil. Un mail particulier de votre hôpital alors que vous n’y avez pas mis les pieds depuis 3 ans et demi. Et ce mail-là n’est pas tout à fait ce que l’on appelle “positif”. La goutte au front, vous lisez. La nouvelle est tombée : une cyberattaque a touché votre centre de soin, générant une fuite de données massive.
Vous sentez que c’est grave. Mais grave comment ?
Restez avec nous, on décrypte les cyberattaques plus bas.

Les cyberattaques dans les hôpitaux sont fréquentes, et leur nombre sous-estimé

Les chiffres des cyberattaques ne plaisantent pas. Par exemple, pour 2022 en France, le coût total des attaques à succès contre des institutions publiques ou des entreprises privées revient cette année-là à 250 milliards d’euros, selon l’étude d’Asterès.
Une nouvelle cyberattaque a eu lieu dans la nuit du 10 février dernier au CH d’Armentière (faisant partie du GHT de Lille) dans le nord de la France. Le centre hospitalier a dû fermer les portes de ses urgences pour réorganiser l’arrivée de ses patients et leurs traitements. Tous les ordinateurs ont été plongés dans le noir, après le lancement pour impression du message ‘ransom demand’ (demande de rançon) dans toutes les imprimantes de l’hôpital. Les patients ont alors été déplacés dans un autre hôpital. La maternité, elle, a été moins impactée, mais ce sont tout de même 130 dossiers patients qui ont dû être imprimés pour assurer le suivi des mamans. Dossiers papiers qui auraient pu se retrouver entre de mauvaises mains, perdus, ou volés… À nouveau.
L’hôpital a été impacté pendant 3 jours.

Parfois même, les assurances refusent d’assurer les chirurgiens qui opèrent sans avoir l’accès à un dossier patient. Les hackers peuvent procéder de différentes façons, mais la plus fréquente reste le phishing (envoi de SMS ou emails qui incitent à cliquer sur un lien ou télécharger un fichier contenant un malware (logiciel malveillant). Parfois, ils se déplacent même jusque dans l’hôpital pour y laisser une clé USB infestée. Ils peuvent ensuite rentrer en possession des services, crypter les données, les voler, ou encore surveiller les activités de l’hôpital.
Cyberattaques effrayantes pour ceux qui les vivent en direct, mais aussi pour les patients impactés par la fuite de données, lorsque l’on sait ce que ces dernières peuvent devenir…

Concrètement, qu’arrive-t-il après une cyberattaque ?

L’hôpital doit généralement répondre à la demande de rançon. Mais les hôpitaux publics n’ont pas le droit légalement d’y répondre, en donnant de l’argent aux hackers. La CNIL recommande ici de ne rien payer puisqu’aucune certitude de récupérer les données volées n’existe.

L’hôpital vérifie tout d’abord la sécurité des systèmes d’information, analyse l’attaque en détail pour paramétrer les priorités de restauration, avec l’aide de l’ANSSI (l’Agence National en charge de la sécurité des systèmes d’information).
La CNIL peut également intervenir en envoyant une mise en demeure aux hôpitaux utilisant des DPIs qui ne seraient pas suffisamment sécurisés. Ils requièrent alors des mesures correctives à appliquer aux traitements des données par l’hôpital.


Des traitements spécifiques au niveau de la confidentialité des données peuvent être demandés pour les patients venant d’institutions pénales.
Mais un point reste important ici : l’accès au DPI. Qui a pu s’y connecter ? Et quand ?  Qu’est-ce que la personne malveillante y a fait ? Le contrôle de cet accès a besoin d’être fait régulièrement afin de repérer d’éventuels actes frauduleux dans le logiciel.

Quelles conséquences sur vos données après une cyberattaque ?

Plusieurs ici qui ne présagent rien de bon…

  • Un grand nombre de spams vous sont envoyés, tout comme un grand nombre d’appels en numéro masqué sont reçus avec une régularité déconcertante.
  • Vos informations personnelles sont rendues publiques sur internet (nom, prénom, numéro de sécurité sociale, vos informations médicales comme vos maladies génétiques, cancers, résumé de consultations, résultats d’examens biologiques, pathologies…).
  • Vos informations personnelles ou pire…, vos données bancaires sont utilisées à (très) mauvais escient.
  • Ou elles sont vendues sur le black market (minimum 200€ proposés pour un dossier patient).
  • Vos mots de passe volés servent à répliquer une nouvelle attaque.

Les données de santé sont aujourd’hui d’une valeur inestimable. Le plus de données volées, le plus d’argent récolté ! Et plus le patient possède de pathologies, plus la donnée a de la valeur.

Avec une telle donnée, il est facile d’imaginer ce que l’on peut faire… Créer de nouveaux traitements, enjoliver tout le marketing qui va autour d’un médicament, improviser des diagnostics, faire de la médecine prédictive aussi…

Plus il y a de valeur à aller chercher, plus il y a d’argent en jeu.
La première personne à trouver un nouveau traitement, par exemple, gagnera le marché. Et c’est pour cette raison qu’il n’est pas important, mais obligatoire pour un DPI de fournir une solution de stockage des données sécurisée et répondant à toutes les obligations légales et évolutives d’un pays.

C’est exactement ce que fait Galeon avec son DPI certifié HDS et ISO 27001.

Read More
Un taureau attaquant, sur un fond cosmique de lignes graphiques
Non classifié(e)

7 techniques pour investir en crypto pendant le bull run

Investir durant les périodes de bull run demande de la stratégie

Pour commencer, un rapide rappel de ce qu’est une période de bull run. Il s’agit d’une période soutenue où les prix augmentent sur le marché des cryptomonnaies. Elle se caractérise également par des tendances clairement à la hausse, avec une pression des ventes des actifs numériques qui baisse et un volume des échanges d’actifs qui augmente.

Les bull runs (ou bull markets) durent généralement de quelques mois à plusieurs années. Tout comme pour les bear markets, même s’il y a de nombreuses différences entre les deux.

Gardons en tête que si cette période de bull run montre une bonne dynamique et des opportunités de rendements intéressants, les investisseurs doivent toutefois suivre de très près les tendances : un prérequis pour repérer un changement dans les tendances et agir en conséquence.

Et tandis qu’il existe de nombreux types d’investisseurs en cryptomonnaies, il existe également plusieurs techniques d’investissement rencontrées lors d’un bull run. Restez avec moi : un tour d’horizon des 7 méthodes courantes que les investisseurs utilisent pour investir et réaliser des profits vous attend ci-dessous.

Prêt à investir en bull run ?

Si à l’heure actuelle, nous ne sommes pas sûrs d’être déjà entrés dans une période de marché haussier, il y a certaines choses à connaître comme les techniques utiles pour commencer à investir dans la crypto.

  1. La technique du Buy and Hold (dite « HODL ») :
    Quel comportement typique pour cette technique ? Les investisseurs achètent ici des actifs numériques et les conservent pendant une période prolongée pour les vendre plus tard, indépendamment des fluctuations de prix sur le court terme. C’est ce que font la plupart des détenteurs de $GALEON en achetant leurs jetons et en les stakant.

  2. La technique du Dollar-Cost Averaging (ou dite « DCA ») :
    Le DCA concerne l’investissement d’un montant fixe (hebdomadaire ou mensuel), établi à intervalles réguliers quel que soit le prix actuel de la cryptomonnaie. Cette stratégie permet de lisser et de réduire l’impact de la volatilité sur le marché. Elle peut être efficace pendant les bull runs pour accumuler progressivement des actifs au fil du temps. C’est également une technique comportant moins de stress car elle ne nécessite pas de se tenir informé tous les jours, et implique une vision plus longue-termiste.
    Alors… la meilleure façon de procéder ? Définir le montant total que vous souhaitez allouer à un actif en particulier pendant les 12 prochains mois et la fréquence des entrées (cela peut être des entrées hebdomadaires ou mensuelles). Ensuite, vous avez juste à diviser ce montant total par le nombre d’entrées qui seront réalisées pendant ces 12 mois à venir.
  3. La méthode Trading :
    Trader activement revient à acheter et vendre fréquemment des cryptomonnaies pour profiter des mouvements de prix sur du court terme. Les investisseurs peuvent utiliser plusieurs outils pour cela : analyses techniques, modèles graphiques ou encore indicateurs clés pour identifier les points d’entrée et de sortie des échanges.
    Ils suivent les tendances, les percées et le « momentum trading », le moment clé pour investir en d’autres termes. Comparée à la technique précédente, elle est plus stressante et nécessite plus de temps pour vérifier ces indicateurs et rester à la page.
    L’astuce est de construire un plan de trading à l’avance, puis de sélectionner sa plateforme de trading en crypto préférée, puis de surveiller de près ses investissements.
    Par exemple, un investisseur peut prédire la baisse de la valeur de l’$USD. Ensuite, il décide de le vendre contre des $BTC. Si sa prédiction est correcte, il bénéficie de cet échange. Si l’$USD augmente par rapport au Bitcoin, il y perd lors de cette transaction.
  4. La technique « effet de levier » (dite « leverage ») :
    Certains investisseurs peuvent utiliser l’effet de levier pour amplifier leurs positions pendant un bull run et augmenter leur retour sur investissement et leurs profits. Les traders empruntent des fonds afin de multiplier les retours potentiels sur leurs investissements. Ce faisant, ils peuvent mieux contrôler leur position même avec un plus petit capital. Mais cette technique comporte également des risques plus élevés : les pertes peuvent dépasser les investissements faits à l’origine…
    Par exemple, si un trader utilise un effet de levier de 5x, cela lui permettrait de contrôler une position 5 fois plus grande que ce qu’il a investi initialement. Imaginons qu’il ait 100 $, il pourrait alors ouvrir une position de 500 $ en utilisant cet effet de levier.

  5. Le « swing-trading » :
    Ici, les investisseurs font le choix de vendre rapidement leurs actifs numériques pour maximiser leurs profits potentiels. Cette technique implique des risques significatifs mais peut offrir des opportunités de rendements élevés si le ou les projet(s) réussisse(nt). Cette façon de faire est efficace sur une courte période mais nécessite également de se tenir au courant des dernières tendances du marché crypto.
  6. La technique de diversification :
    Assez simple à comprendre ici : les traders diversifient leur portfolio avec plusieurs actifs numériques. Pourquoi ? Réduire les risques et aussi saisir les opportunités à travers différents segments du marché !
    Ils choisissent de mettre leurs œufs dans… différents paniers. Ils ouvrent des positions diversifiées sur différents actifs numériques pour maximiser leurs gains tout en réduisant le risque de perdre beaucoup avec une ou deux cryptomonnaies seulement.
    Ils pourraient choisir selon :
    o Divers cas d’utilisation,
    o Diverses blockchains,
    o Différents secteurs,
    o Les Market caps,
    o La géographie…
  7. La technique de “Staking et Yield Farming” :Pour une autre partie des investisseurs, certains peuvent participer à des activités de staking ou de yield farming pour gagner des récompenses supplémentaires ou des intérêts sur leurs holdings.
    Cela nécessite de verrouiller ses cryptomonnaies dans des « smart contracts » ou des protocoles de finance décentralisée (DeFi) pour soutenir les opérations du réseau ou fournir des liquidités en échange de récompenses.
    Le Yield Farming nécessite une gestion plutôt active afin de fournir des liquidités à la finance décentralisée. Il comporte des risques : perte impermanente, vulnérabilité des smart contracts et fluctuations du marché…

Quelque soit votre type d’investisseur et la technique que vous choisissez, aucune d’elles n’est plus efficace qu’une autre. Le retour sur investissement n’est jamais garanti à 100%. Gardons donc un œil sur les dernières tendances et préparons-nous efficacement pour le prochain bull run !

Read More
bull and bear markets
Non classifié(e)

Quelle différence entre bull et bear market dans la crypto ?

Avez-vous déjà entendu parler des termes bull et bear market sur Internet ?
Ces deux mots sont fréquemment utilisés dans le monde de la finance. Ils font référence à une tendance à la hausse et à la baisse du marché boursier et sont des notions que les investisseurs examinent de plus près lorsqu’ils gèrent leurs investissements. Et dans le monde de la crypto aussi.

Pourquoi bull et bear market ?

En effet, bonne question.
Pourquoi utiliser les mots bull (pour taureau en anglais) et bear (pour ours) lorsqu’il s’agit de marchés financiers ? Eh bien, pour certaines personnes, le bear market tient son nom du fait que lorsqu’un ours attaque son adversaire, il utilise ses griffes pour l’abattre au sol. Faisant référence directe au marché baissier (prix qui vont vers le bas). Quant au bull market, il fait référence à l’attaque d’un taureau : l’animal utilise ses cornes en donnant des coups vers le haut pour atteindre son adversaire. Tout comme la tendance du marché haussier le fait.

Ok, à question simple, réponse finalement assez simple. Plongeons maintenant au cœur de leur propre définition pour mieux comprendre leurs différences.

Qu’est-ce qu’un bear market ?

En crypto, un bear market fait référence à un marché baissier, expérimentant une période prolongée de baisse du prix des cryptomonnaies. Durant un bear market, le sentiment des investisseurs est plutôt (et majoritairement) négatif. Ce qui conduit à une tendance baissière soutenue des prix au niveau de divers actifs numériques.

Dans de telles conditions de marché, la pression de vente dépasse la pression d’achat, ce qui fait diminuer les prix de manière continue. Les volumes de vente augmentant pendant le bear market, on assiste alors à une certaine volatilité des prix. Et si les ventes augmentent, alors une tendance apparaît avec un manque de confiance de la part des investisseurs, menant à de nouvelles baisses. Comme un cercle vicieux… Ces périodes de bear market peuvent durer un certain temps : de plusieurs mois à des années.

Elles coïncident souvent avec des ralentissements économiques plus larges. Cela peut être dû à des événements réglementaires significatifs au sein de l’industrie des cryptomonnaies, par exemple.

S’il fallait donner quelques exemples de bear markets à garder en tête, nous pourrions mentionner le crash des cryptomonnaies de décembre 2017 où le Bitcoin a chuté drastiquement de 20 000 $ à 3 200 $ en seulement quelques jours. Un autre exemple plus récent s’est produit en 2021, année où le mining Bitcoin a été confronté à des enjeux sociaux, corporate et de gouvernance environnementale. En parallèle, Elon Musk l’a également exclu de sa méthode de paiement pour permettre l’achat de véhicules Tesla.

Qu’est-ce qu’un bull market ?

Ici, peu de surprise : un bull market est l’opposé d’un bear market. C’est une période prolongée de hausse des prix où règne un sentiment global positif chez les différents investisseurs en cryptomonnaies.

Pendant cette période, l’optimisme se répand largement et les achats augmentent. Les investisseurs observent des mouvements de prix des actifs numériques clairement à la hausse. Ces derniers deviennent plus confiants en général quant au potentiel de croissance future. Chose plutôt positive qui encourage directement un investissement et une spéculation supplémentaires de leur part.

Les bull markets sont typiquement caractérisés par des tendances à la hausse fortes, une pression de vente réduite et des volumes de transactions en augmentation.

Certains facteurs peuvent caractériser ces périodes tels que :

  • des conditions de marché favorables,
  • des avancées technologiques,
  • une adoption des crypto accrue,
  • des évolutions réglementaires favorables,
  • ou même un investissement institutionnel significatif.

Tout comme pour le bear market, le bull market dure des années. Il offre souvent de belles opportunités aux investisseurs avec des prix d’actifs attractifs.

Pour citer quelques périodes de hausse :

  • 2015-2017 : les prix du Bitcoin passent de 200 $ en décembre 2015 à 670 $ en décembre 2017 en raison de la couverture médiatique grand public des cryptomonnaies.
  • 2020- 2021 : de septembre 2020 à novembre 2021, on observe une demande grimpante des paiements numériques, ce qui a un impact sur les cryptos pendant la pandémie de COVID-19. Ce bull est suivi ensuite de la période de bear market dite « Crypto Winter » de 2022.

Il existe de nombreuses techniques pour investir pendant une période du bull run.

Marché crypto 2024 : déjà dans le bull run ?

Depuis le début de cette année, le prix du Bitcoin a considérablement augmenté. Cela pourrait marquer l’entrée dans le bull run avec un afflux d’argent, provoquant une flambée des prix.

Selon Glassnode, le market cap du Bitcoin a augmenté de 141,2 % depuis décembre 2023. La capitalisation d’Ethereum a augmenté de +79,4 %. Le fait qu’Ethereum ne surperforme pas encore Bitcoin nous montre qu’il y a encore une marge de progression en termes de croissance chez les larges caps et les Altcoins.

Certains experts de Wall Street estiment même que le Bitcoin atteindra 100 000 $ en 2024.

Une chose est sûre : les investisseurs doivent continuer à se tenir informés, car le marché des cryptos semble se réveiller doucement, mais sûrement.

Read More
Un hacker énervé devant son ordinateur
Non classifié(e)

Certifications HDS et ISO 27001 : pourquoi est-ce si important ?

Une révolution dans le paysage de la sécurité des données de santé grâce à l’IA

Dans le contexte complexe touchant à la santé et aux soins, Galeon combine intelligence artificielle et blockchain à la sécurité des données de santé. L’idée ici est de protéger à la fois les patients et les hôpitaux. Galeon s’attelle depuis plus de sept ans à repousser les limites de la médecine en utilisant certaines technologies à la pointe. Fait reconnu par les certifications HDS et ISO 27001 qu’elle a reçu récemment de l’Afnor.

Inutile de dire que notre système de santé actuel est confronté à différents défis, tels que les conditions de travail des professionnels de la santé, les contraintes financières et le manque de ressources dans les hôpitaux ou encore les menaces accrues des cyberattaques.
Dans ce contexte, la solution innovante de Galeon apporte un rayon d’espoir. Il sécurise et hyper-structure efficacement les données sensibles de l’hôpital grâce à un outil intuitif et avancé de DPI (Dossier d’Informations Partagées). Ce dernier permet le stockage confidentiel de :

  • Résultats de laboratoire,
  • Antécédents médicaux,
  • Diagnostics,
  • Traitements,
  • Allergies,
  • Et bien plus encore.

Il a déjà été adopté par douze hôpitaux français. Il connecte tous les services hospitaliers à l’échelle nationale et internationale, offrant ainsi une interopérabilité sans précédent entre eux.

L’Afnor délivre les certifications HDS et ISO 27001 à Galeon

Renforcer la sécurité fait partie des caractéristiques technologiques principales de Galeon. En effet, comme mentionné précédemment, l’objectif principal est clair : protéger le patient en sécurisant ses données, bien sûr avec son consentement.

Pour répondre spécifiquement à ce besoin, Galeon garantit :

  • un contrôle rigoureux de l’accès aux données,
  • des sauvegardes automatiques,
  • et un cryptage avancé pour protéger les données contre les cybermenaces.

C’est un fait : lorsqu’une cyberattaque se produit, Galeon a déjà prouvé sa capacité à maintenir les opérations hospitalières grâce à son système HDP® (Hacker Defense Protection®). En cas d’intrusion dans le système de sécurité local, le logiciel passe en MODE SÉCURISÉ. En attendant, les soignants peuvent toujours sauver des vies et faire leur travail. Les patients n’ont pas besoin d’être transférés d’un hôpital à un autre. Galeon a également été récompensé lors du CES 2024 par 3 Innovation Awards, dont le prix de l’innovation en matière de cybersécurité et de confidentialité.

Galeon s’est toujours engagé à garantir la protection et la confidentialité des données de santé de manière intransigeante. Il est considéré comme un partenaire de confiance pour les professionnels de la santé et c’est pourquoi l’entreprise a reçu les certifications HDS et ISO 27001 en décembre dernier par le groupe Afnor (l’Association française de normalisation).

Au cœur de l’initiative ? L’utilisation de l’intelligence artificielle sur des données de santé structurées et à grande échelle, combinée à un réseau collaboratif décentralisé appelé Blockchain Swarm Learning® sur lequel les IA sont entrainées. Cette approche innovante garantit la sécurité et l’intégrité des données tout en empêchant toute tentative de copie non autorisée.

Il faut toutefois rappeler qu’un processus de confidentialité et de sécurité très strict était déjà suivi par Galeon, avec l’aide de partenaires HDS audités par Orange Cyberdefense. L’Afnor a donc audité l’entreprise, en couvrant de nombreux aspects (techniques, réglementaires et pratiques). Cette certification met en avant Galeon comme étant un partenaire légitime, capable de maintenir les normes les plus élevées en termes de sécurité et de confidentialité des informations de santé.

Pourquoi être certifié HDS & ISO 27001 est-il si important ?

Les deux certifications ont une signification considérable :

  • La certification HDS (Hébergeur de Données de Santé) est délivrée par l‘Afnor et joue un rôle crucial pour les données de santé en France. Elle est conçue pour les entités qui traitent des données sensibles, telles que les hôpitaux (bien sûr), les prestataires ou logiciels dans le secteur de la santé. Son objectif principal est de vérifier que toutes ces entités respectent des normes strictes de sécurité et de confidentialité établies par la réglementation française (en particulier celles détaillées dans le Code de la santé publique français). Ces normes visent à protéger la confidentialité, l’intégrité et la disponibilité des données de santé tout au long de leur cycle de vie, de la collecte au stockage et à leur transmission. L’audit que toutes les entités doivent passer évalue différents aspects, notamment les contrôles d’accès, le cryptage des données, les procédures de sauvegarde, … etc.
  • En ce qui concerne ISO 27001, il s’agit d’une norme reconnue internationalement pour les systèmes de gestion de la sécurité de l’information. Elle fournit une approche systématique pour gérer les informations sensibles de l’entreprise, en assurant leur confidentialité, leur intégrité et leur disponibilité. Certains de ses rôles sont les suivants :
  • La création d’un système de gestion de la sécurité de l’information,
  •  Une approche de la gestion des risques,
  • La conformité légale et réglementaire,
  • La confiance accrue des clients,
  • Et plus encore…

Avec ces deux certifications, Galeon répond « officiellement » aux impératifs éthiques rencontrés dans le secteur médical, incarnant la puissance de l’innovation technologique dans le domaine médical. En libérant le potentiel de l’IA, l’entreprise ouvre la voie à un système de santé plus sûr, plus efficace et plus collaboratif.

Read More
investisseur-crypto-whale-
Non classifié(e)

Votre ADN Crypto : quel type d’investisseur crypto êtes-vous réellement ?

Dites-nous quelle stratégie crypto vous souhaitez adopter, et nous vous dirons quel investisseur crypto vous êtes. 

Investisseur de la première heure ? HODLer dans l’âme ? Chasseur de pépites crypto ? Les catégories sont multiples et il est possible que vous apparteniez à plusieurs d’entre elles. 

Découvrez quels sont les statuts qui vous ressemblent le plus.

1/ Le débutant ou l’investisseur crypto novice

Débutant n’est pas forcément un terme péjoratif, il faut bien commencer quelque part après tout. Vous vous en doutez, l’investisseur débutant crypto ne sait pas réellement par où commencer, mais a senti qu’il était bon d’investir à un moment dans la crypto. 

Si vous vous retrouvez dans cette catégorie de débutant, il est recommandé de vous instruire sur les sujets liés à la crypto et sur l’actualité environnante, notamment pour construire au mieux son Wallet

2/ L’investisseur Crypto Early

Dans un style similaire au précédent, le Crypto Early arrive à une période intéressante du développement d’une crypto ou d’une technologie.

Bien qu’il ait connaissance des risques et des enjeux potentiels associés, cela ne l’empêchera pas de prendre le risque de s’incruster dans l’écosystème du projet. 

Investisseur-crypto-early

3/ L’expert crypto

L’expert investisseur crypto se démarque ici parce qu’il est à peu près calés sur tel ou tel écosystème tel que les NFT, la DeFi ou encore les jeux Play-to-earn.

Toujours à l’affut des derniers projets, il est la référence en la matière. Attention toutefois, il peut être difficile de le suivre car il a toujours un mille trains d’avance. 

4/ Le profil “trader” 

Le trader crypto est un trader somme toute qui gère ses actifs de manière similaire, même numérique. Ainsi, il connaît le marché et ses risques et préfèrent miser sur des investissements long-terme

5/ Le traqueur de gemmes

Autrefois chasseurs d’or, les traqueurs de gemmes cherchent parmi la liste des tops crypto dans le but de détecter les pépites de demain. L’idée étant que nombreux sont les projets crypto qui fleurissent chaque jour, pourquoi ne pas profiter d’une potentielle hype. 

Le traqueur crypto misera sur la période pendant laquelle la pépite trouvée va prendre de la valeur. Il prendra soin de revendre le tout avant la chute des prix. Bonus  pour déterminer si vous êtes un chasseur de gemmes : tenter d’énumérer plus de 50 projets crypto. 

6/ Le fameux investisseur crypto HODLer

Le but d’un HODLer est de maximiser la plue value réalisée in fine sur la vente de ses cryptos. Attention, il n’est pas pressé pour autant de revendre immédiatement ses biens. 

Les HODLer vont avoir tendance à miser dans un premier temps sur des stablecoins ou des bitcoins, points d’ancrage du bon investisseur. 

investisseur crypto HODLer

7/ Une Whale (une baleine en crypto)

Le Whale est un investisseur qui “a de la bouteille”. Il a su obtenir sa réputation et sa richesse en termes de connaissance sur la crypto grâce à ses investissements précédents. Peu importe la méthode, ce qui compte, c’est son avis affûté sur la question. 

investisseur-crypto-whale-

8/ Les fans de Satoshi aka les Bitcoin Maximalistes

Une dernière catégorie concerne les natifs de la première heure, ceux qui ont suivi et qui continuent encore aujourd’hui, à faire vivre le mythe Satoshi

Derrière celui dont on ne connaît semble-t-il pas l’identité, on retrouve le Bitcoin, mère crypto parmi toutes les cryptos et sur laquelle, les puristes de la première heure soutiennent le mouvement de décentralisation et de la technologie blockchain. 

Le but de cet article est avant tout de simplifier les concepts techniques liés aux crypto-monnaies, afin de les rendre accessibles à tous. Ces propos n’engagent que leur auteur. Il n’a pas vocation à conseiller le lecteur sur ses investissements.

Read More
golden keys crypto durable
Non classifié(e)

7 piliers pour investir dans une crypto durable

Investir dans une crypto durable ne requiert pas forcément de l’expérience dans le milieu, du moins, il est nécessaire de prendre du recul sur plusieurs points. 

Au-delà de l’aspect recherche pour déterminer les cryptos prometteuses dans les prochains mois et les prochaines années, quelques éléments clef vous permettent d’avoir confiance dans un projet émergeant. 

La question que l’on peut se poser dans tout ça étant la suivante : qu’est-ce qui fait d’une crypto-monnaie, une crypto durable ? 

Pour s’assurer de la solidité et de la longévité de crypto prometteuse, voici quelques éléments importants.

1/ Une crypto durable avec une technologie solide 

Elle être soutenue par une technologie robuste et innovante. On ajoute à cela, une architecture sécurisée, une scalabilité adaptée à la demande croissante et des fonctionnalités qui répondent aux besoins réels des utilisateurs.

crypto durable base solide architecture

2/ L’utilisation répandue d’une crypto durable

L’utilisation répandue et ajoutons même à cela, son adoption, de manière générale. Une crypto durable a besoin de ces éléments pour être viable sur le long terme. Si elle parvient à créer un écosystème où les utilisateurs, les commerçants et les entreprises l’acceptent comme moyen de paiement, cela renforce sa valeur et sa durabilité.

3/ La force de la communauté 

Pour pouvoir faire grandir la réputation d’une crypto, une communauté active est nécessaire. Par “active”, on entend : une communauté engagée au quotidien. Par effet de levier, le projet met tout en place pour consolider l’écosystème sur lequel compte les utilisateurs, cela passe notamment par la résolution de problèmes potentiels. C’est d’ailleurs cette communauté qui soutient la crypto durant des périodes de Bear ou de Bull Market. 

crypto durable communauté solide

4/ Privilégiée la sécurité dans le développement d’une crypto

La sécurité est primordiale pour une crypto durable. Logiquement, d’ailleurs, puisqu’il faut penser à la communauté d’investisseurs ont confiance au projet. D’où la mise en place de mesures de sécurité robustes pour protéger les fonds et éviter ainsi les piratages et les attaques malveillantes.

5/ Maintenir une transparence dans toute la conduite du projet 

Cette transparence est attendue aussi bien dans le fonctionnement, que dans les opérations environnantes. Les informations clef, telles que la gouvernance, les mises à jour du protocole et les transactions, doivent être accessibles au public. N’hésitez pas à consulter le White Paper mis à disposition. 

crypto-durable-transparence-lite-paper

6/ L’innovation continue pour s’adapter au marché crypto

Un bon projet crypto est un projet qui ne cesse d’innover et de mettre à jour les fonctionnalités et les fondations de la crypto.

Le marché connaît régulièrement des changements, parfois attendus, parfois inattendus. Il est donc important de se tenir informé(e) des dernières avancées technologiques afin de proposer des améliorations continues pour rester compétitif et pertinent sur la durée.

7/ La prise en compte des régulations extérieures

Bien que cela ne soit pas du ressort des projets cryptos, il faut toujours être avisé des réglementations et des politiques gouvernementales. Ces dernières pouvant avoir un impact significatif sur la durée de vie d’une crypto.

Pourquoi le Galeon doit être considérée comme une “bonne crypto” sur le long-terme ?

crypto durable buy back burn hopital

Galeon est une crypto prometteuse sur le long terme pour tous ces arguments. Une technologie solide qui s’adapte pour maintenir une architecture sécurisée avec une communauté qui s’agrandit jour après jour. 

L’écosystème Galeon est un environnement qui repose sur un même objectif, soutenir un objectif : Good for Humanity qui a du sens. La santé nous concerne tous, et l’amélioration du fonctionnement des hôpitaux y contribue. On pense notamment au concept du Buy back & burn qui permet de diversifier le mode de financement des hopitaux. 

Enfin, Galeon reste transparent sur la direction du projet. Des AMA sont organisées régulièrement afin de prévenir les utilisateurs des dernières fonctionnalités et de l’avancée des déploiements de ses services sur un territoire donné. 

Le but de cet article est avant tout de simplifier les concepts techniques liés aux crypto-monnaies, afin de les rendre accessibles à tous. Ces propos n’engagent que leur auteur. Il n’a pas vocation à conseiller le lecteur sur ses investissements.

Read More
mnbc-moyen-de-paiement-transaction
Non classifié(e)

MNBC : comment les Etats et les banques centrales tentent de rattraper l’essor des crypto-monnaies

Inspiré par le concept de la crypto, la Monnaie Numérique/Digitale de Banque Centrale (MNBC/MDBC) est une monnaie émise de manière numérique par la banque centrale d’un pays souverain. 

Autrement dit, la MNBC n’est pas vouée à suivre le phénomène de décentralisation à la différence du concept de crypto, et qui plus est, elle est réglementée

Pour autant, cette nouvelle forme de monnaie numérique va se servir de technologies comme la blockchain dans son mode fonctionnement. 

Disposant d’une valeur fixe ou variable, selon la devise à laquelle elle est rattachée, la MNBC, tout comme la monnaie fiduciaire, pourra être utilisée dans le cadre de transaction, tant par des particuliers, que par des institutions. 

Dès lors, pourquoi les gouvernements et les banques, de manière générale, s’intéressent de plus en plus aux MNBC ? 

Au-delà de l’aspect sécurité, rapidité et transparence des transactions, d’autres facteurs poussent ces institutions à envisager un programme de MNBC.

MNBC décentralisation crypto

L’essor du Bitcoin et de la décentralisation, la réponse des banques centrales avec les MNBC

À la fin des années 2010, le Bitcoin et les autres crypto connaissent un essor fulgurant. Et avec cela, c’est l’esprit même de la distribution et l’échange de valeur que l’on remet en cause, avec le mouvement de décentralisation.

Cette idée que ce ne sont plus les banques centrales ou les institutions qui doivent contrôler l’ensemble des transactions.

? Cryptocurrency : hype ou réelle utilité ?

Outre l’émergence d’une communauté crypto, l’épisode du DIEM va venir accélérer les choses. Le DIEM, c’est la monnaie digitale développée par Meta (Facebook), avant 2020, et qui vise à renforcer l’expérience utilisateur. 

Le problème étant que les institutions et les banques centrales ont en face à elles, l’une des plus grosses entreprises de DATA au monde, et qui touche plus de 3 milliards d’utilisateurs.

Conséquence, à l’aube de sa sortie, le DIEM va rencontrer un certain nombre d’obstacles, dont certains liés aux réglementations. 

Entre temps, on le rebaptise le LIBRA, et les problématiques s’enchaînent : stabilité du cours, confiance de la part des gros investisseurs ou encore légitimé. 

Petit à petit, le projet va perdre ses alliés (PayPal ou encore Ebay), et en Novembre 2020, les perspectives sont réduites afin de finir par être adossé au dollar US. 

Ainsi, on a là, l’exemple d’une monnaie virtuelle, fonctionnant comme une crypto, mais qui allait être gérée et contrôlée par Meta. In fine, un beau projet, qui montre les prémisses des MNBC, mais qui perdra de son intérêt à cette période.  

Toutefois, forcés de constater que le Bitcoin et la crypto sont plus qu’implantés, et ayant déjà envisagés la question d’une monnaie numérique et stable, les Etats vont lancer plusieurs programmes de tests. 

Et cette solution, ce sont les MNBC (CBDC pour la version US, Central Bank Digital Currency).

MNBC banques centrales

Distinctions entre MNBC et crypto : centralisation, réglementation et adossement à une devise existante

La principale distinction que l’on relève, réside dans leur éthique et dans leur mode de fonctionnement. 

Les MNBC sont émises par l’État en tant que forme centralisée de monnaie numérique, tandis que les crypto-monnaies sont des monnaies numériques décentralisées, c’est-à-dire qu’elles ne sont pas émises par une autorité centrale.

Oui, les MNBC peuvent utiliser la technologie blockchain, mais leur forme centralisée les distingue. 

Ainsi, les banques centrales peuvent contrôler et réglementer la création, la distribution et la valeur des MNBC, ce qui n’est pas le cas pour les crypto. 

Et puis les MNBC vont être généralement adossées à une devise fiduciaire existante et ont une valeur fixe ou variable par rapport à cette devise, tandis que les crypto ont une valeur déterminée par l’offre et la demande sur les marchés de crypto.

MNBC-decentralisation-creation-monnaie-digitale-

Les différentes catégories de MNBC : usage, mode de fonctionnement et technologies utilisées

Si nous ne disposons pas du nombre exact de MNBC qui se créait jour après jour, il est possible de les classer selon plusieurs catégories. 

  • Sur leur manière d’être utilisées : pour des transactions de détail ou de gros, ou pour des transactions interbancaires. Elles peuvent être émises en tant que monnaies de compte, c’est-à-dire qu’elles sont détenues par les banques commerciales comme une forme de monnaie de réserve, ou en tant que monnaies de paiement, qui peuvent être utilisées directement par les consommateurs et les entreprises.
  • Les MNBC peuvent également être classées en fonction de leur mode de fonctionnement, tel que le système de comptes distribués, les systèmes centralisés ou décentralisés. En outre, les MNBC peuvent être basées sur différentes technologies telles que la blockchain, les DLT, les technologies open-source et d’autres technologies similaires.

Au jour d’aujourd’hui, bien que la classification soit un peu floue, il est important de se rappeler que les MNBC sont considérées comme de la monnaie car émises par les banques centrales, et utilisées comme moyen de paiement

mnbc-moyen-de-paiement-transaction

Exemple de MNBC 

Si aujourd’hui, il n’existe pas encore de MNBC officiellement émises et utilisées dans le monde, plus de 60 banques centrales et institutions tentent d’établir des programmes pour l’avenir : 

  • La Banque centrale (BC) de Chine travaille sur un programme de MNBC appelé DCEP (Digital Currency Electronic Payment), qui a déjà été testé dans certaines villes du pays. ? Sur ce point, des problèmes de traçabilité et de contrôle des dépenses sont soulevés.
  • La BC des Bahamas a lancé en 2020 un pilote de sa MNBC, appelée Sand Dollar, qui est actuellement en cours d’expérimentation.
  • La BC des Îles Caïmans travaille sur un projet appelé Project Sand Dollar, qui devrait être lancé prochainement.
  • La Banque de France a lancé un programme expérimental de MNBC en mars 2020, qui vise à explorer les utilisations potentielles de cette technologie.
  • La Banque d’Angleterre a créé un groupe de travail pour explorer les possibilités de création d’une MNBC.
  • La Banque centrale européenne a également annoncé qu’elle étudiait la possibilité de créer une MNBC pour les citoyens de la zone euro. ♻️ Voir plus loin sur ce dernier point.

Pourquoi les MNBC sont de plus en plus développées par les institutions : raisons et avantages

Les raisons sont multiples. 

1/ Souvenir l’activité économique : en reprenant des technologies innovantes pour réaliser des transactions (blockchain, DLT…etc), les MNBC peuvent être redistribués directement par les banques centrales aux particuliers et entreprises de manière plus rapide, moins coûteuse et plus sécurisé.

2/ En période de crise économique : les banques centrales pourraient ainsi aider les gouvernements à fournir une aide ciblée à certaines zones ou à certains groupes de personnes.

3/ Améliorer la traçabilité des transactions : ces dernières pourraient être tracées, avec à la clef, la possibilité de mettre à jour en temps réel, les résultats d’une activité économique. 

En résumé : rapidité, efficacité des transactions, une stabilité de l’activité économique, la possibilité de pouvoir agir mieux dans l’urgence, la transparence des échanges et la réduction des coûts. 

? Bien entendu, il s’agit là, des raisons, d’un point de vue objectif.

L’écologie, un angle pour concurrencer les entreprises privées sur le développement d’une MNBC verte

En-dehors des cas de régulation, les banques centrales et les institutions prennent conscience des enjeux de la numérisation de la monnaie et des nouvelles technologies, avec en plus de cela, une forte tendance à la décentralisation.

Dans le cadre de l’UE, la question est à l’étude pour aller dans le sens de la lutte contre le réchauffement climatique. Ainsi, l’idée discutée actuellement serait de créer un compte nommé “compte CO2”, un compte alimenté en euro-vert, une MNBC qui récompense les efforts des citoyens.

Toujours à l’étude, le concept serait le suivant : dès que des émissions ou des efforts réalisés à cet effet seront comptabilisées, cela donnera lieu à l’émission d’un euro-vert. Par exemple, si un citoyen achète un vélo électrique ou un vélo.

On imagine la complexité de la mise en place de ces mesures à l’échelle d’un pays, et qui plus est, à l’échelle européenne. Toutefois, cela pourrait venir donner un attrait au MNBC, pour se démarquer éventuellement de certaines crypto.

mnbc-euro-vert-

En bref

  • Les MNBC sont des monnaies numériques émises par les banques centrales d’un pays souverain et peuvent utiliser la technologie blockchain dans leur fonctionnement.
  • Les banques centrales peuvent contrôler et réglementer la création, la distribution et la valeur des MNBC, ce qui n’est pas le cas pour les crypto.
  • Les MNBC peuvent être classées selon plusieurs catégories, notamment en fonction de leur utilisation, de leur mode de fonctionnement et de la technologie utilisée.
  • Plus de 60 banques centrales et institutions travaillent actuellement sur des programmes de MNBC, comme le DCEP en Chine, Sand Dollar aux Bahamas, ou encore le projet Sand Dollar aux Îles Caïmans.
  • L’écologie est également un angle d’approche pour concurrencer les entreprises privées, avec l’idée de créer un compte nommé “compte CO2” qui récompense les efforts des citoyens dans la lutte contre le réchauffement climatique.
  • Les avantages des MNBC sont la rapidité, l’efficacité, la transparence des transactions, la stabilité de l’activité économique, la possibilité de pouvoir agir mieux dans l’urgence et la réduction des coûts.
Read More
FOMC meeting trading décisions avril 2023
Non classifié(e)

Le FOMC, le comité qui influence l’économie mondiale et la crypto

Le FOMC, le FOMOC… le FMOC… le FOMQUE ? N’essayez pas de le prononcer ainsi, dites simplement le F.O.M.C ou le Federal Open Market Committee.

Il s’agit du comité responsable de la prise de décisions sur les politiques monétaires à court terme aux États-Unis (taux d’intérêts et d’achat, ou de ventes d’actifs).

En d’autres termes, un comité qui a une influence non négligeable sur l’avenir de l’économie aux USA, mais également pour toutes les autres qui gravitent autour, autrement dit, l’économie mondiale. 

Il est composé des membres du conseil des gouverneurs de la Réserve fédérale américaine (Banque centrale des États-Unis, appelée aussi la Fed) et de 5 présidents des banques régionales de la Réserve fédérale.

Ces derniers se réunissent 8 fois par an, afin d’analyser l’état de l’économie américaine (janvier, mars, avril, juin, juillet, septembre, novembre et décembre). 

Le FOMC étudie les risques et les opportunités, et détermine la politique monétaire appropriée pour atteindre les objectifs fixés par les institutions en matière d’emploi et d’inflation. 

Alors quels sont les impacts des décisions du FOMC sur l’économie globale et sur la crypto, et qu’elles sont les nouvelles ? C’est ce que nous allons voir ici. 

FOMC meeting trading décisions avril 2023

PARTIE 1 – Les différentes opérations menées par le FOMC

On l’a dit plus haut, le FOMC prend des décisions importantes concernant l’économie. 

Comme par exemple, le fait de fixer les taux d’intérêt. En effet, le FOMC peut décider d’augmenter, de diminuer ou de maintenir les taux pour stimuler ou ralentir l’économie en fonction de l’évaluation de la situation économique.

Le FOMC peut aussi décider d’acheter ou de vendre des titres du Trésor américain ou d’autres actifs afin d’influencer les taux d’intérêt et l’offre de liquidités sur le marché.

En ce qui concerne la communication de politique monétaire, le comité publie régulièrement des communiqués pour informer le public de ses décisions, ainsi que ses perspectives économiques et financières.

Il y a la détermination des objectifs d’inflation et d’emploi également, où le FOMC prend des mesures pour atteindre ces objectifs, tels que des ajustements de taux d’intérêt.

In fine, le but premier étant d’assurer la stabilité financière et économique des États-Unis, pour aller vers une croissance durable.

fomc trading investissement

PARTIE 2 – Comment les décisions du FOMC influencent votre porte-monnaie ?

Les décisions prises par le FOMC peuvent avoir un impact significatif sur l’économie du reste du monde. 

Notamment, à l’égard des taux de change. Puisque le FOMC prend des décisions en matière de taux d’intérêts, cela peut venir directement influencer les taux de change entre le dollar américain et les autres devises.

Imaginez donc les répercussions que cela peut avoir sur les exportations, les importations et les investissements dans les pays étrangers.

Idem, en ce qui concerne les flux de capitaux entre les États-Unis et les autres pays. Par exemple, si le FOMC décide de maintenir des taux d’intérêt bas, cela peut encourager les investisseurs à chercher des rendements plus élevés dans d’autres pays, ce qui peut entraîner une appréciation des devises étrangères et un afflux de capitaux dans ces pays.

Concernant la stabilité financière, les pays qui sont étroitement liés aux États-Unis sur le plan financier sont encore plus concernés.

On le sait, les pays qui ont une logique de politique monétaire expansionniste, encouragent leurs investisseurs à prendre des risques. Si l’un de ces pays traversent une mauvaise passe, cela peut entraîner des turbulences financières à répétitions.

Et qui plus est, les USA ont un rôle clé dans le système financier mondial. 

Les pays et les entreprises du monde entier doivent donc surveiller de près les décisions du FOMC et leur impact potentiel sur leur économie.

fomc expansion globale importation inflation

PARTIE 3 – Faut-il prendre en compte l’avis du FOMC ?

Globalement, il vaut mieux aller dans le sens des décisions prises par le FOMC.

Toutefois, il existe des cas d’exceptions :

  • Comme le Congrès américain qui peut légiférer pour influencer la politique monétaire de la FED, qui est dirigée par le FOMC. Par exemple, il peut adopter des lois pour modifier le mandat de la Réserve fédérale ou pour limiter ses pouvoirs en matière de politique monétaire.
  • Les banques centrales d’autres pays peuvent également adopter des politiques monétaires à l’encontre. Par exemple, augmenter les taux d’intérêt pour contrôler l’inflation, pour essayer d’entraîner une appréciation de la devise du pays et un afflux de capitaux étrangers.
  • Les marchés financiers et les investisseurs peuvent interpréter les décisions du FOMC de manière différente, en fonction de leurs propres intérêts ou de leur perception de l’économie et des marchés financiers.
fomc american congress

PARTIE 4 – L’impact du FOMC sur le marché crypto

Comme le FOMC peut déterminer la hausse ou non des taux d’intérêt, cela a nécessairement pour conséquence d’influencer les mouvements de capitaux et les flux de liquidités vers et depuis le marché crypto. 

Par exemple, des taux d’intérêt bas peuvent encourager les investisseurs à chercher des rendements plus élevés dans des actifs risqués comme les crypto-monnaies.

On en parlait précédemment, dans une politique de prise de risque, les investisseurs ont tendance à vouloir s’engager de manière brutale sur tel ou tel marché. Et celui de la crypto n’échappe pas à la règle, créant alors des risques de volatilité du marché.

Autre élément, les décisions du FOMC peuvent également avoir un impact sur l’intérêt des investisseurs institutionnels pour le marché crypto.

Les politiques monétaires qui encouragent une inflation accrue peuvent inciter les investisseurs institutionnels à se tourner vers des actifs comme le Bitcoin, qui sont considérés comme des réserves de valeur alternatives.

fomc banque investisseur bitcoin

Compte rendu du discours du Président Powell* lors de la conférence de presse en date du 3 mai 2023 :

  • Les conditions dans le secteur bancaire se sont améliorées depuis début mars, mais la Fed reste vigilante et travaille à renforcer la supervision et la réglementation des banques.
  • La politique monétaire est axée sur les deux objectifs de la Fed : promouvoir l’emploi maximal et des prix stables pour le peuple américain.
  • L’inflation reste élevée, mais la Fed est déterminée à la ramener à son objectif de 2%.
  • Depuis début 2022, les taux d’intérêt ont aumgenté de 5% afin de ramener l’inflation à son objectif. Lors de cette dernière réunion, le FOMC a augmenté le taux d’intérêt de 0,25%.
  • La croissance économique reste modérée, tandis que le marché du travail demeure tendu. Le marché de l’habitation est faible et les investissements des entreprises sont ralentis.
  • La prochaine réunion aura lieu les 13 et 14 juin.

*Jerome Hayden Powell est un avocat et banquier américain. Il est surtout le président du Conseil des gouverneurs de la Réserve fédérale des États-Unis (FED) depuis 2018

Read More
IA méciale machine learning
Non classifié(e)

Mieux vaut prévenir que guérir, comment l’IA médicale permet d’anticiper notre santé 

Mieux vaut prévenir que guérir. Étonnement, lorsqu’on se penche sur cette expression que nous répétaient nos aïeux, on la retrouve dans un peu près toutes les langues et les cultures possibles (ex : en Allemand, “prévention est la mère de la caisse à porcelaine” ; en arabe, “la protection est mieux que la guérison”).

Paradoxalement, par manque de temps ou de moyen, la médecine, de manière générale, est limitée dans sa capacité de pouvoir anticiper à grande ou à plus petite échelle la détection de maladies au stade précoce.

Cependant, un outil de taille apparaît comme étant un élément indispensable au futur de la médecine, pour remédier justement aux problématiques d’anticipation.

Et il s’agit de l’Intelligence Artificielle médicale (l’IA médicale).

En effet, l’IA médicale est un outil incroyable pour anticiper de potentielles maladies et prévenir de complications ultérieures.

IA médicale analyse machine learning

1/ Détection précoce des maladies : comment l’IA médicale peut identifier les patients à risque avant même l’apparition des symptômes ?

Certaines IA médicales associées au concept du machine learning peuvent être utilisées pour identifier les personnes à risque (susceptibles de développer certaines maladies), avant même que les symptômes n’apparaissent.

C’est avec ce type de détections précoces que l’on augmente les chances de guérison et les résultats positifs de traitement.

Une étude sur l’utilisation de l’IA a été menée par des chercheurs de l’Université de Californie à San Francisco afin d’identifier les personnes à risque de développer une maladie rénale chronique à un stade précoce. 

Au total, les données de santé de plus de 700 000 patients ont été analysées afin de détecter les facteurs de risque associés à la maladie rénale chronique.

En utilisant un algorithme d’apprentissage automatique (sur le concept du machine learning), les chercheurs ont développé un outil de prédiction qui a permis de prédire le risque de développer une maladie rénale chronique chez les patients avant même que les symptômes n’apparaissent. 

Testé avec succès chez des patients à risque élevé de maladie rénale chronique, cela donne de beaux espoirs pour l’avenir, à savoir : une détection précoce de la maladie et une meilleure prise en charge des patients.

IA médicale dialyse insuffisance reinale

2/ Personnalisation du traitement : l’IA médicale améliore l’efficacité des traitements en fonction de chaque patient

Comme son nom l’indique, la médecine personnalisée permet d’adapter le ou les traitements d’un patient en fonction de données spécifiques qui le caractérise. Le but étant d’améliorer l’efficacité desdits traitements et de réduire les effets secondaires.

Cette fois, ce sont des chercheurs de l’Université de Stanford qui se sont servis du machine learning afin de personnaliser les traitements de radiothérapie chez les patients atteints de cancer de la tête et du cou. 

Dans cette étude, on s’est basé sur les données de patients précédents pour identifier les schémas de traitement les plus efficaces en fonction de facteurs tels que l’âge, le sexe, la localisation de la tumeur et la réponse antérieure au traitement.

Grâce à cet algorithme, les médecins peuvent désormais recommander des doses précises de radiothérapie pour chaque patient individuel, en tant qu’individu unique.

In fine, il a été constaté une amélioration de l’efficacité du traitement, avec une réduction des effets secondaires.

Ce type d’approche, propre à la médecine personnalisée peut tout à fait être appliqué à d’autres domaines de traitement pour améliorer les résultats des patients et réduire les coûts de traitement.

IA médicale radiothérapie

3/ Analyse de données médicales massives pour développer de nouveaux traitements personnalisés grâce à l’IA médicale

On parlait précédemment du machine learning, mais il existe aussi d’autres procédés comme celui du jumeau numérique

Un exemple concret d’application du premier procédé dans le domaine médicale est sans doute la technologie du Blockchain Swarm Learning développé par Galeon. 

En donnant les moyens aux chercheurs d’analyser de grandes quantités de données médicales, et d’utiliser la blockchain pour entrainer l’IA médicale, on leur donne la possibilité d’identifier les tendances et les modèles pour mieux comprendre les maladies et développer de nouvelles méthodes de traitement.

Avec le consentement des personnes, les données peuvent être collectées à partir d’échantillons biologiques de type salive, urine, sang (biomarqueurs), d’informations sur l’état de santé, sur le mode de vie, ou encore sur l’environnement dans lequel évolue les patients et leur historique familial.

En partant de ces collectes de données massives, les chercheurs peuvent analyser les données en utilisant des outils d’IA pour mieux comprendre les maladies et développer des traitements plus personnalisés et efficaces pour les patients.

IA médicale biomarqueurs

4/ Réduire les coûts des soins de santé avec la détection précoce de maladies

Avec plus de recul, il apparaît que la détection précoce des maladies à l’aide de l’IA médicale tend à réduire les coûts des soins de santé, notamment en réduisant le besoin de traitements coûteux ou de soins intensifs.

En effet, lorsque la maladie est détectée tôt, on maximise les chances d’éviter que celle-ci (selon le cas), ne se propage. 

Les traitements précoces seront généralement moins coûteux que ceux dédiés au traitement de la maladie à long terme.

Il faut aussi prendre en compte le coût des tests et autres procédures qui pourraient être évités après détection de la maladie sur le tard.

En identifiant les personnes à haut risque de développer certaines maladies, les médecins peuvent éviter de prescrire des tests et des procédures inutiles à des patients qui ne sont pas à risque.

Et puis, il y a encore l’argument du temps économisé. La détection précoce des maladies à l’aide de l’IA médicale peut permettre de réduire les hospitalisations et les consultations de suivi, ce qui peut réduire les coûts de soins de santé en économisant du temps et des ressources.

IA méciale réduction coûts soins

Conclusion

L’IA médicale pour :

  • Prévenir des maladies et la détection précoce des personnes à risque.
  • Personnaliser les traitements des patients et améliorer leur efficacité.
  • L’analyse de données avec le machine learning et ainsi mieux comprendre les maladies et développer de nouvelles méthodes de traitement
  • Réduire les coûts de soins de santé en évitant le besoin de traitements coûteux ou de soins intensifs.
  • Éviter les tests et les procédures inutiles, économisant ainsi du temps et des ressources.
Read More