• Home
  • Blog
  • MNBC : comment les Etats et les banques centrales tentent de rattraper l’essor des crypto-monnaies

MNBC : comment les Etats et les banques centrales tentent de rattraper l’essor des crypto-monnaies

mnbc-moyen-de-paiement-transaction

0 comments

Inspiré par le concept de la crypto, la Monnaie Numérique/Digitale de Banque Centrale (MNBC/MDBC) est une monnaie émise de manière numérique par la banque centrale d’un pays souverain. 

Autrement dit, la MNBC n’est pas vouée à suivre le phénomène de décentralisation à la différence du concept de crypto, et qui plus est, elle est réglementée

Pour autant, cette nouvelle forme de monnaie numérique va se servir de technologies comme la blockchain dans son mode fonctionnement. 

Disposant d’une valeur fixe ou variable, selon la devise à laquelle elle est rattachée, la MNBC, tout comme la monnaie fiduciaire, pourra être utilisée dans le cadre de transaction, tant par des particuliers, que par des institutions. 

Dès lors, pourquoi les gouvernements et les banques, de manière générale, s’intéressent de plus en plus aux MNBC ? 

Au-delà de l’aspect sécurité, rapidité et transparence des transactions, d’autres facteurs poussent ces institutions à envisager un programme de MNBC.

MNBC décentralisation crypto

L’essor du Bitcoin et de la décentralisation, la réponse des banques centrales avec les MNBC

À la fin des années 2010, le Bitcoin et les autres crypto connaissent un essor fulgurant. Et avec cela, c’est l’esprit même de la distribution et l’échange de valeur que l’on remet en cause, avec le mouvement de décentralisation.

Cette idée que ce ne sont plus les banques centrales ou les institutions qui doivent contrôler l’ensemble des transactions.

? Cryptocurrency : hype ou réelle utilité ?

Outre l’émergence d’une communauté crypto, l’épisode du DIEM va venir accélérer les choses. Le DIEM, c’est la monnaie digitale développée par Meta (Facebook), avant 2020, et qui vise à renforcer l’expérience utilisateur. 

Le problème étant que les institutions et les banques centrales ont en face à elles, l’une des plus grosses entreprises de DATA au monde, et qui touche plus de 3 milliards d’utilisateurs.

Conséquence, à l’aube de sa sortie, le DIEM va rencontrer un certain nombre d’obstacles, dont certains liés aux réglementations. 

Entre temps, on le rebaptise le LIBRA, et les problématiques s’enchaînent : stabilité du cours, confiance de la part des gros investisseurs ou encore légitimé. 

Petit à petit, le projet va perdre ses alliés (PayPal ou encore Ebay), et en Novembre 2020, les perspectives sont réduites afin de finir par être adossé au dollar US. 

Ainsi, on a là, l’exemple d’une monnaie virtuelle, fonctionnant comme une crypto, mais qui allait être gérée et contrôlée par Meta. In fine, un beau projet, qui montre les prémisses des MNBC, mais qui perdra de son intérêt à cette période.  

Toutefois, forcés de constater que le Bitcoin et la crypto sont plus qu’implantés, et ayant déjà envisagés la question d’une monnaie numérique et stable, les Etats vont lancer plusieurs programmes de tests. 

Et cette solution, ce sont les MNBC (CBDC pour la version US, Central Bank Digital Currency).

MNBC banques centrales

Distinctions entre MNBC et crypto : centralisation, réglementation et adossement à une devise existante

La principale distinction que l’on relève, réside dans leur éthique et dans leur mode de fonctionnement. 

Les MNBC sont émises par l’État en tant que forme centralisée de monnaie numérique, tandis que les crypto-monnaies sont des monnaies numériques décentralisées, c’est-à-dire qu’elles ne sont pas émises par une autorité centrale.

Oui, les MNBC peuvent utiliser la technologie blockchain, mais leur forme centralisée les distingue. 

Ainsi, les banques centrales peuvent contrôler et réglementer la création, la distribution et la valeur des MNBC, ce qui n’est pas le cas pour les crypto. 

Et puis les MNBC vont être généralement adossées à une devise fiduciaire existante et ont une valeur fixe ou variable par rapport à cette devise, tandis que les crypto ont une valeur déterminée par l’offre et la demande sur les marchés de crypto.

MNBC-decentralisation-creation-monnaie-digitale-

Les différentes catégories de MNBC : usage, mode de fonctionnement et technologies utilisées

Si nous ne disposons pas du nombre exact de MNBC qui se créait jour après jour, il est possible de les classer selon plusieurs catégories. 

  • Sur leur manière d’être utilisées : pour des transactions de détail ou de gros, ou pour des transactions interbancaires. Elles peuvent être émises en tant que monnaies de compte, c’est-à-dire qu’elles sont détenues par les banques commerciales comme une forme de monnaie de réserve, ou en tant que monnaies de paiement, qui peuvent être utilisées directement par les consommateurs et les entreprises.
  • Les MNBC peuvent également être classées en fonction de leur mode de fonctionnement, tel que le système de comptes distribués, les systèmes centralisés ou décentralisés. En outre, les MNBC peuvent être basées sur différentes technologies telles que la blockchain, les DLT, les technologies open-source et d’autres technologies similaires.

Au jour d’aujourd’hui, bien que la classification soit un peu floue, il est important de se rappeler que les MNBC sont considérées comme de la monnaie car émises par les banques centrales, et utilisées comme moyen de paiement

mnbc-moyen-de-paiement-transaction

Exemple de MNBC 

Si aujourd’hui, il n’existe pas encore de MNBC officiellement émises et utilisées dans le monde, plus de 60 banques centrales et institutions tentent d’établir des programmes pour l’avenir : 

  • La Banque centrale (BC) de Chine travaille sur un programme de MNBC appelé DCEP (Digital Currency Electronic Payment), qui a déjà été testé dans certaines villes du pays. ? Sur ce point, des problèmes de traçabilité et de contrôle des dépenses sont soulevés.
  • La BC des Bahamas a lancé en 2020 un pilote de sa MNBC, appelée Sand Dollar, qui est actuellement en cours d’expérimentation.
  • La BC des Îles Caïmans travaille sur un projet appelé Project Sand Dollar, qui devrait être lancé prochainement.
  • La Banque de France a lancé un programme expérimental de MNBC en mars 2020, qui vise à explorer les utilisations potentielles de cette technologie.
  • La Banque d’Angleterre a créé un groupe de travail pour explorer les possibilités de création d’une MNBC.
  • La Banque centrale européenne a également annoncé qu’elle étudiait la possibilité de créer une MNBC pour les citoyens de la zone euro. ♻️ Voir plus loin sur ce dernier point.

Pourquoi les MNBC sont de plus en plus développées par les institutions : raisons et avantages

Les raisons sont multiples. 

1/ Souvenir l’activité économique : en reprenant des technologies innovantes pour réaliser des transactions (blockchain, DLT…etc), les MNBC peuvent être redistribués directement par les banques centrales aux particuliers et entreprises de manière plus rapide, moins coûteuse et plus sécurisé.

2/ En période de crise économique : les banques centrales pourraient ainsi aider les gouvernements à fournir une aide ciblée à certaines zones ou à certains groupes de personnes.

3/ Améliorer la traçabilité des transactions : ces dernières pourraient être tracées, avec à la clef, la possibilité de mettre à jour en temps réel, les résultats d’une activité économique. 

En résumé : rapidité, efficacité des transactions, une stabilité de l’activité économique, la possibilité de pouvoir agir mieux dans l’urgence, la transparence des échanges et la réduction des coûts. 

? Bien entendu, il s’agit là, des raisons, d’un point de vue objectif.

L’écologie, un angle pour concurrencer les entreprises privées sur le développement d’une MNBC verte

En-dehors des cas de régulation, les banques centrales et les institutions prennent conscience des enjeux de la numérisation de la monnaie et des nouvelles technologies, avec en plus de cela, une forte tendance à la décentralisation.

Dans le cadre de l’UE, la question est à l’étude pour aller dans le sens de la lutte contre le réchauffement climatique. Ainsi, l’idée discutée actuellement serait de créer un compte nommé “compte CO2”, un compte alimenté en euro-vert, une MNBC qui récompense les efforts des citoyens.

Toujours à l’étude, le concept serait le suivant : dès que des émissions ou des efforts réalisés à cet effet seront comptabilisées, cela donnera lieu à l’émission d’un euro-vert. Par exemple, si un citoyen achète un vélo électrique ou un vélo.

On imagine la complexité de la mise en place de ces mesures à l’échelle d’un pays, et qui plus est, à l’échelle européenne. Toutefois, cela pourrait venir donner un attrait au MNBC, pour se démarquer éventuellement de certaines crypto.

mnbc-euro-vert-

En bref

  • Les MNBC sont des monnaies numériques émises par les banques centrales d’un pays souverain et peuvent utiliser la technologie blockchain dans leur fonctionnement.
  • Les banques centrales peuvent contrôler et réglementer la création, la distribution et la valeur des MNBC, ce qui n’est pas le cas pour les crypto.
  • Les MNBC peuvent être classées selon plusieurs catégories, notamment en fonction de leur utilisation, de leur mode de fonctionnement et de la technologie utilisée.
  • Plus de 60 banques centrales et institutions travaillent actuellement sur des programmes de MNBC, comme le DCEP en Chine, Sand Dollar aux Bahamas, ou encore le projet Sand Dollar aux Îles Caïmans.
  • L’écologie est également un angle d’approche pour concurrencer les entreprises privées, avec l’idée de créer un compte nommé “compte CO2” qui récompense les efforts des citoyens dans la lutte contre le réchauffement climatique.
  • Les avantages des MNBC sont la rapidité, l’efficacité, la transparence des transactions, la stabilité de l’activité économique, la possibilité de pouvoir agir mieux dans l’urgence et la réduction des coûts.

About the Author

Follow me


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}