DeFi et Bridges crypto : les enjeux pour les prochaines années 

En crypto, les Bridges ou les ponts sont des protocoles informatiques permettant la communication entre différents réseaux de blockchains.


L’idée étant de faciliter les échanges entre des actifs numériques. Limitation des coûts de transaction, transfert plus rapide...etc. 


Les avantages sont multiples pour la finance décentralisée, certes, mais des risques existent.

DeFi et Bridge crypto

En effet, si les bénéfices pour la DeFi (Finance décentralisée) sont évidents, il reste quand même des enjeux de sécurité importants.

 

Il suffit de prendre l’exemple récent du Bridge Nomad qui a subi récemment un détournement de plus de 190 millions d’euros. Et ce n’est qu’un exemple parmi d’autres. 


Avant d’aborder le sujet des risques, posons-nous plusieurs questions : pourquoi les DeFi ont-elles besoin de bridges crypto pour exister ? En quoi améliorent-ils l’interopérabilité entre les blockchains et quels sont les différents types ?


Ce que l’on peut déjà vous dire, c'est que les réseaux de blockchains ont trouvé là un moyen de pouvoir étendre leurs perspectives. Un peu comme des îles qui décideraient d'être reliées entre elles. Et les projets de DeFi comptent de plus en plus sur cette option. 


Néanmoins, les risques liés à la sécurité sont bien réels. La transparence et le libre accès à ces projets open-source augmentent les risques de hacking sur les réseaux. 


Pour comprendre l'utilisation et le fonctionnement des ponts en crypto, revenons d’abord sur le concept de DeFi.

DeFi

Partie 1 : La DeFi, c’est quoi ? 

La DeFi vient du terme abrégé Decentralized Finance ou finance décentralisée. Elle représente ces communautés mettant à disposition des utilisateurs différents services financiers qui tournent globalement autour des crypto-monnaies et des smart contracts. 


Dans les faits, les projets de DeFi utilisent des protocoles décentralisés. Ces derniers aboutissent à la création de services divers comme des plateformes de prêts ou d'envoi de crypto-monnaies à travers le monde ; des transactions dans un système P2P ; réalisation d'épargne ; ou encore l’achat d’actions et autres actifs numériques. 


Des services financiers lambdas, somme toute, sauf que dans ce contexte, la DeFi ne vient pas faire appel aux banques ou aux institutions. Ainsi, plus besoin d’intermédiaire, de garant ou encore de courtier. 


Dès lors, le champ des possibilités en termes d’opérations financières prend une tout autre dimension. De nombreux projets fleurissent en DeFi, et on le constate déjà avec les dApps. 


Quelles sont les raisons d’être de la finance décentralisée ?


Avant tout, l’idée est de permettre de renforcer l’inclusion financière de chaque utilisateur. C’est-à-dire, s’assurer que chaque utilisateur puisse avoir accès aux mêmes fonctionnalités selon leur besoin et à moindre coût. 


Ensuite, il y a aussi l’idée de favoriser la transparence des échanges et des transactions, sans avoir recours à une institution ou un organisme.


De cette manière, les utilisateurs conservent la propriété et la gestion de leur crypto-monnaie grâce à l’attribution de clefs privées. 


Chacun peut avoir accès au code open-source présent dans les smart contracts et peut contribuer à l’amélioration de tel ou tel projet (qu’on se le dise, très peu de personnes disposent des compétences pour comprendre le code).   


Alors des projets DeFi, il y en a un certain nombre : Uniswap par exemple, qui utilise la DeFi pour faciliter les échanges ; Terra Luna également, pour les transferts instantanés ; ou encore Aave, dont le principe est de permettre le prêt de crypto-monnaies. 

DeFi 1

Maintenant, que le décor est posé, allons plus loin et intéressons-nous à la méthode largement utilisée par les projets en DeFi afin de se développer, celle des bridges crypto. 

Achetez votre première cryptomonnaie facilement en euro avec Galeon

Partie 2 : Les Bridges crypto, ces accessoires utiles à la DeFi 


Les Bridges trouvent toute leur utilité au sein de la DeFi, car ils offrent des solutions à certaines problématiques dont celles de la scalabilité notamment. Entrons dans la matrice pour comprendre leur fonctionnement.


Définition 

Les bridges crypto établissent des connexions entre les réseaux de différentes blockchains. Ils prennent la forme de protocoles informatiques qui établissent des communications dans un sens ou dans les deux, d’un point A à un point B ou d’un point A à des points multiples.


Les Bridges crypto sont-ils nécessaires ? 

Nécessaires pas forcément, mais ils sont en tout cas très utiles et vont dans le sens des objectifs de la DeFi : renforcer l'interopérabilité des réseaux, l'accès aux services et la scalabilité des blockchains. 


Améliorer l’interopérabilité entre les réseaux 

Ainsi, le fait d’installer un bridge crypto au sein de plusieurs réseaux permet d’améliorer l’interopérabilité entre les blockchains. Plus de points de contact, donc plus de connexions en somme. 


On ouvre le champ des possibilités pour les utilisateurs de passer par telle ou telle blockchain pour pouvoir utiliser d’autres services. 


Accessibilité et inclusion financière 

À l’interopérabilité entre les blockchains s’ajoutent donc aussi le fait pour les utilisateurs de pouvoir réaliser plus d’opérations, de manière plus rapide et avec moins de frais de transaction par rapport au système centralisé.


Scalabilité des blockchains 

Enfin, il reste le sujet de la scalabilité, qui est un peu plus discutable. Il s’agit de la capacité d’une blockchain de pouvoir améliorer son protocole afin d'augmenter le nombre de transactions par seconde, et ce, sans impacter ou ralentir la performance.

 

Dans un sens, on a trouvé un intérêt à développer des bridges au sein des blockchains, car cela permet d’augmenter le nombre de validateurs.


Rappelons que le nombre de jetons au sein d’une blockchain est limité. Ainsi, on désengorge pour produire plus (voir le fonctionnement des bridges ci-après). 


Remarque : une critique générale se développe ces dernières années sur la réelle utilité des bridges. Du moins, sur le manque de considération vis-à-vis de la sécurité des réseaux.  Établir des connexions, pourquoi pas, mais si le protocole contient trop de failles et qu'il ne résiste pas dès la première attaque, ce sont les blockchains qui sont impactées directement. Pour comprendre cette critique, voyons en détail leur fonctionnement. 

bridge


Fonctionnement des Bridges crypto

Imaginons que vous êtes un utilisateur d’Ethereum et vous souhaitez utiliser vos jetons pour bénéficier des services de la plateforme Solend, plateforme d’investissement et d’emprunt présent sur Solana.

 

Pour se faire, il va falloir un outil de connexion entre les deux plateformes et une équivalence entre les jetons ETH et SLND. C’est là que le bridge intervient.


À l’entrée de ce pont, les conditions de transaction sont établies selon le code dicté au sein du protocole (voir ci-après).


Organisation : bridge centralisé / décentralisé

La technologie utilisée peut prendre deux formes. 


  • Il peut s’agir d’un bridge de type centralisé (dit “trust-based”), le traitement des informations sera remis aux mains d’une entité centralisée. L’échange est plus rapide et surtout, plus important. Un exemple : OKex.
  • Avec les bridges de type décentralisé (“trustless”), ce sont des algorithmes issus de smart contracts qui vont prendre la relève. Autrement dit, sans intermédiaire. Exemple : Multichain. Les validateurs seront récompensés seulement une fois qu’ils auront mené les transactions du point de départ au point final. 

Remarque : comment s’assurer dans ce cas de figure, que les opérations ne soient pas biaisées ? C’est tout l’enjeu de la décentralisation et du système de validation.  


Structure : les différentes connexions établies par les bridges

Un bridge, selon son protocole, peut lier différents types de réseaux de blockchains entre eux. On parle aussi de couche ou de *layer.

 

*Les Layers ce sont ces couches de réseaux qui nivellent les blockchains. Selon la constitution et l’état d’avancée de la blockchain, plusieurs niveaux ont pu être établis (0 à 4 en principe).


Comme le socle d’une pyramide, la couche 0 est celle qui compte le plus. Elle maintient les fondations. Si cette couche est bancale, cela n'assure rien de bon pour les couches supérieures.

 

Notez que la réciproque n’est pas forcément identique. Les couches supérieures peuvent ne pas fonctionner sans pour autant altérer le fonctionnement du premier niveau.


Certains Layers de type 1 sont totalement indépendants et peuvent fonctionner seules (ex : Bitcoin ou Ethereum). Ils peuvent valider et finaliser des transactions sans devoir faire appel à Layer supérieur.

 

Le but des Layers de type 2 est d’apporter des améliorations aux réseaux, notamment en matière de scalabilité.


Cette parenthèse fermée, revenons-en à la structure d’un bridge et de son protocole. Selon ce qui aura été établie, la connexion pourra permettre de lier : 

  • 2 Layers de type 1, 
  • 1 Layer de type 1 avec un de type 2,   
  • 2 Layers de type 2.

Les différentes opérations possibles 

On en a parlé plus tôt, le protocole des bridges détermine les conditions dans lesquelles la connexion entre les différents réseaux sera réalisée. N’oublions pas qu’un test de validation est nécessaire pour valider la transaction.


Un protocole peut donc décider de procéder selon différentes manières : 

  • lock-mint (verrouiller et fabriquer)-> cela consiste d’abord à verrouiller les jetons du premier réseau, puis à produire le nombre équivalent sur le second.
  • burn-and-mint (brûler et fabriquer) -> la différence vient du fait que les jetons du réseau 1 seront brûlés pour en créer de nouveau sur la seconde chaîne. 
  • swap -> échanges deux crypto-monnaies différentes avec des smart contracts. 
Burn-mint

Partie 3 : Les risques liés à la sécurité 

Tout comme dans le monde réel, la structure d’un pont n'est jamais à 100% infaillible. De la même façon, les bridges ou les ponts en crypto connaissent des failles. 


L’une des problématiques actuelles est donc de savoir comment consolider cet outil pour optimiser au mieux la DeFi sans pour autant faire passer la sécurité au second plan. 


Exemples de piratage 

Ex : En mars 2022, Ronin réseau de crypto-monnaies utilisé par la plateforme de jeu Axie Infinity, se fait pirater son bridge. Des ETH et des USDC confondus ont été détournés pour un montant total de plus de 600 millions de dollars.


Ex : août 2022, c’est autour du bridge Nomad permettant l’interconnexion entre plusieurs blockchains de se faire siphonner son protocole. Le bridge semblait inscrire des montants arbitraires à la phase 2 du protocole. Au total : 190 millions d’euros ont été piratés. 

Hacking


Interdépendance et effet boule de neige 

Ces quelques exemples, et il y en d'autres, pour montrer que les conséquences sont importantes sur les réseaux de blockchain.


Le risque zéro n’existe pas, certes, néanmoins, si les projets de DeFi souhaitent gagner en crédibilité, et surtout, être viables, il va falloir renforcer la sécurité des bridges.

 

Prenez ce cas pratique, vous avez une certaine somme de jetons X et vous souhaitez les utiliser sur une plateforme Y. En cas de hacking, les conséquences pourraient s'étendre au-delà des 2 réseaux concernés. Imaginez si ce pont relie un ensemble de blockchains entre elles. 

 

L’interopérabilité entre les blockchains en prend un coup. En effet, les réseaux étant interdépendants, c'est l’effet boule de neige. Les transactions perdent alors de leur valeur.


Alors si pour une plateforme comme Ethereum, le risque est un peu plus faible, il en est autrement pour toutes celles qui ne disposent pas des moyens suffisants pour s'armer. 

Des solutions éventuelles pour l’avenir ? 

Puisque la fragilité de ces ponts repose en majorité sur leur protocole, et surtout, sur leur manque de considération vis-à-vis de la sécurité (privilégiant l’optimisation de la scalabilité), pourquoi ne pas trouver une solution à la source ?

 

On entend par là, ce qu'il y a à la base des réseaux, le Layer 0. En-tout-cas, c’est une solution proposée par certains spécialistes. 


L’idée est tout à fait envisageable. Plutôt que de procrastiner, de minimiser le problème de scalabilité et de compter sur la construction éventuelle d’un bridge (parce que cette solution existe), pourquoi ne pas consolider ce qui se trouve à la base des fondations. 


Les bridges sont des outils nécessaires et utiles, certes, mais il faut pouvoir s’assurer, pour le bien de la DeFi, que le protocole tiendra en cas d’attaque, et que les fondations ne s’écrouleront pas à la moindre offensive. 

solution

 Le but de cet article est avant tout de simplifier des concepts techniques liés à la crypto-monnaie, afin de les rendre accessibles à tous. Ces mots n’engagent donc que leur auteur. Il ne s’agit pas de conseiller le lecteur sur ses investissements. 

Cliquez pour évaluer cet article !
[Total : 8 Moyenne : 3.5]

Vous souhaitez acheter votre 1ère cryptomonnaie facilement ?

Investissez sur la crypto Galeon par carte bancaire

Copyright © 2022 Galeon, tous droits réservés.

Suivez-nous